photo_cft openplate.jpg

COVANIS GmbH
Dotzigenstrasse 4c
CH - 3292 Busswil
Tel. +41 32 353 15 05
Mail Cet adresse mail est protégé contre les spambots. Vous avez d'activer le javascript pour la visualiser.
Member of
Swiss Association of Quality

 
7693_02.jpg


 

Détecteurs

Principe de fonctionnement des détecteurs majeurs

TCD: Détecteur de conductivité thermique

Les constituants d’épreuve atteignent l’un après l’autre le canal de mesure du détecteur avec le gaz porteur depuis la colonne de séparation. Un deuxième canal fait office de canal de référence et n’est traversé que par du gaz porteur pur. Les deux canaux contiennent des fils de résistance chauffés électriquement.

Les constituants individuels provoquent un changement de la conductivité thermique dans le canal de mesure. La conductivité thermique modifiée aux fils de résistance a pour conséquence un changement de la température et donc de la valeur de résistance dans les fils. Ce changement est comparé avec la valeur de résistance des fils situés dans le canal de référence, lequel n’est traversé que par du gaz porteur pur. Un circuit en pont de Wheatstone transforme la modification de résistance en un signal de courant/tension.

Ce signal est directement proportionnel à la concentration des constituants d’épreuve (mg/ml) dans le gaz porteur de la cellule de mesure.

DIF: Détecteur d’ionisation de flammes

Le constituant d’épreuve individuel parvient de la colonne de séparation au détecteur avec le flux de gaz porteur. Le bec brûleur est situé directement au bout de la colonne.

Selon le gaz porteur (H2, He, N2) l’on ajoute de l’hydrogène et de l’air synthétique en aval du détecteur.

Dans la flamme se forment des ions et des électrons libres.

Les particules chargées provoquent un courant mesurable entre le bec (cathode) et l’anode de forme cylindrique.

Il y a une circulation de courant augmentée par rapport au signal de la flamme du gaz porteur pur. La différence de signal indique la quantité d’épreuve qui passe le détecteur par unité de temps (mg/s).

ECD: Détecteur de capture d’électrons

Les constituants d’épreuve individuels parviennent de la colonne de séparation au détecteur avec le flux de gaz porteur. Des particules bêta rapides issues d’une source radioactive Ni63 rencontrent les molécules du gaz porteur, resp. du gaz de make-up et génèrent, par ionisation par impact, des électrons libres, lents, qui provoquent un courant mesurable entre les deux électrodes. Les constituants d’épreuve électrophiles (capturant les électrons) diminuent la quantité des électrons lents.

La baisse du courant d’électrons (par rapport au signal sans constituants d’épreuve) est proportionnelle à la quantité des constituants d’épreuve électrophiles qui passe le détecteur par unité de temps.

Détecteur NPD (Azote-Phosphore)/ Détecteur thermoïonique (TID)

Dans le détecteur thermoïonique (TID) se trouve une perle de silicate chauffée, qui contient du rubidium. Au contact avec l’azote ou des substances phosphoreuses, elle réagit en produisant des ions détectables. Etant donné qu’avec ce détecteur, jusqu’à 1 pg de ces substances peut être décelé, on parle aussi de détecteur NPD (Azote-Phosphore).

 
 

realisation openconcept.ch